LE SILLON DU TALBERT
 Le Sillon du Talbert
 Port Béni
 Un rêve bord de mer
 Il pleut que sur les cons
 J’aurais aimé être marin
 Au fond de mon flacon
 Côtes d'Afrique
 Rien ne m'empêchera d'aimer
 Le bateau noir
 La légende du Ménez Bré

MA BRETAGNE
 La légende du Ménez Bré
 J’aurais aimé être marin
 Rien ne m'empêchera d'aimer
 Le bal du pardon

PROVINCES
 Nouvelle France
 Le bateau noir
 Le sabotier de Saint Mard
 L'arbre et la mer

AILLEURS
 Il y a des ailleurs
 J'ai bu un coup avec l'Ankou
 Un vieux cousin là-bas
 Gwen ha du

LE TRISKELL
 Le Triskell
 Au fond de mon flacon
 Le bateau noir
 Eleanor Plunkett

REVES BORD DE MER
 Port Béni
 Un rêve bord de mer
 Côtes d'Afrique
 Un bal en Bretagne
 Il pleut que sur les cons

CHANSONS INEDITES
        Elles feront l'objet d'un futur enregistrement

 La règle des trois "B"
 Les tadornes
 Ce monde qu'il faut changer

Rien ne m'empêchera d'aimer

       Rien ne m'empêchera d'aimer                      extrait   

Les marées de l’hiver sont venues effacer les serments oubliés dans le creux des rochers
A jamais envolés et portés par le vent ils dorment à présent au cœur des océans
La caresse des vagues a gommé pour toujours l’image de nos cœurs souvenir d’un beau jour
Les quelques mots d’amour d’une phrase oubliée un instant de bonheur sur le sable mouillé

Mais jamais rien ni personne ne pourra dérober cet amour qui un jour au fond de moi est né
Non jamais rien ni personne ne m’empêchera d’aimer le pays où je suis né

Malgré le temps qui passe et les quatre saisons les années qui déposent des rides sur mon front
Il y a au fond de moi qui ne cesse de grandir un trésor bien gardé que nul ne peut ravir
Les plus tendres caresses les plus belles chansons la main d’une princesse la douceur d’un jupon
Les fabuleux trésors les fardeaux les plus lourds ne pourront pas éteindre le feu de cet amour

Non jamais rien ni personne ne pourra dérober cet amour qui un jour au fond de moi est né
Non jamais rien ni personne ne m’empêchera d’aimer le pays où je suis né

Les marées du printemps un jour nous reviendront un frisson l’hirondelle et la belle saison
Mon cœur contre ton cœur pour d’autres lendemains j’aperçois ma maison et le bout de chemin

Non jamais rien ni personne ne pourra dérober cet amour qui un jour au fond de moi est né
Non jamais rien ni personne ne m’empêchera d’aimer le pays où je suis né

                 Gérard HERNOT   1999